Hacked By Yuriz MA


On dénombre environ 300 espèces dans le genre Grevillea, pratiquement toutes endémiques de l’Australie. Ces arbustes et arbres, à feuillage persistant, présentent une large diversité de ports, de formes des feuilles, de tailles et de couleurs des fleurs.

Beaucoup de grévilléas sont des espèces colonisatrices dans leur milieu naturel, ils supportent des sols secs assez pauvres, et demandent le plein soleil pour fleurir correctement. Ce sont des plantes peu exigeantes en eau et en engrais, ce qui est une bonne nouvelle pour le jardinier moderne, plutôt enclin à utiliser des plantes qui sauront se débrouiller seules au jardin.

A la fin de cet article, vous pouvez voir des photos de quelques espèces et variétés, avec de brèves descriptions.

JPEG - 31 ko
Inflorescence typique du genre Grevillea et de la famille des Protéacées.

- Noms français : Grévilléas.

- Famille : Protéacées.

- Origine : Australie essentiellement, nombreux hybrides horticoles.

- Type : Arbuste, arbre.

- Rusticité : La plupart des grévilléas sont donnés comme résistants à des températures minimales de -5°C, ce qui est peu et restreint leur utilisation aux régions les plus douces : Côte d’Azur, littoral atlantique.

En matière de résistance hivernale, tout dépend bien sûr des autres facteurs de l’environnement : la nature du sol, le degré d’humidité, la durée et la fréquence des périodes de gel, la présence d’éléments de protection à proximité de la plante, comme d’autres plantes ou un mur par exemple...

Certains grévilléas sont donnés comme plus résistants, comme australis, diminuta ou encore victoriae qui résistent jusqu’à -15°C.

Une culture en pot permettra, en plus de la possibilité de maîtriser la nature du terreau, de déplacer les plantes en hiver pour les mettre à l’abri de gels trop forts. Il faudra alors choisir des espèces à faible développement.

- Hauteur : Quelques espèces de grévilléas peuvent être qualifiées d’arbres, mais la plupart sont arbustives, avec une taille variable de 0,5 à 3 mètres de hauteur.

Certaines espèces sont drageonnantes, ce qui est peut-être une adaptation dans les zones soumises au feu. Chez Grevillea renwickiana, on a observé des individus interconnectés par leurs racines, certains utilisent uniquement cette méthode par drageonnement pour se multiplier, comme Grevillea infecunda, pythara, renwickiana.

Dans la nature, on observe que des formes rampantes peuvent apparaître en réponse à un habitat particulier ou à des conditions particulières (rochers, falaises par exemple). Certaines restent rampantes pendant des années, puis deviennent arbustives avec l’âge.

D’autres formes sont rampantes par caractère génétiquement fixé comme Grevillea angulata, pteridifolia, banksii, linearifolia.

JPEG - 114.9 ko
Exemple d’un Grevillea de forme arbustive.
Cliquer pour agrandir

JPEG - 175.7 ko
Exemple d’un Grevillea de forme rampante.
Cliquer pour agrandir

- Feuillage : Les feuilles persistantes sont très variables, par leur taille, leur couleur et leur forme : elles peuvent être fines comme des aiguilles de conifère, soit plus larges et découpées comme une fronde de fougère.

Les feuilles épaissies, petites, étroites, rigides, à bords recourbés , sont souvent une adaptation aux conditions arides.

JPEG - 96.5 ko
Exemple d’un Grevillea à grande feuille découpée.
Cliquer pour agrandir

JPEG - 79.2 ko
Exemple d’un Grevillea à petite feuille en aiguille.
Cliquer pour agrandir

- Floraison : Les fleurs sont assez petites, mais elles présentent le grand intérêt d’être regroupées en inflorescences formées quelquefois d’une centaine de fleurs. Ces inflorescences sont appelées conflorescences.

On distingue différentes structures de conflorescences : en forme d’araignée, en ombelle, globuleuse, cylindrique, hemicylindrique ou encore en forme de brosse à dent. Certaines espèces ont une floraison caulinaire, à même le tronc : Grevillea aurea, sarissa, umbellifera.

Le pic de floraison se situe en fin d’hiver et début de printemps, avec souvent une remontée de floraison en automne. La période de mise à fleur est donc assez longue, avec une grande diversité de coloris : blanc, roses, rouges, jaunes, orange.

Beaucoup d’espèces de grévilléas ont des fleurs nectarifères qui attirent insectes, papillons ou oiseaux.

Dans la nature, on constate que ces plantes produisent peu de graines, en comparaison du nombre de fleurs, certainement à cause de la pauvreté des sols. Ils compensent par une longue période de floraison, jusqu’à 6 mois pour certaines espèces.

Chez les espèces arbustives, la taille adulte est atteinte en 3 ans, la floraison peut commencer dès la deuxième année, elle est à son maximum entre 3 et 6 ans. Une taille régulière permet de garder des plantes plus florifères tous les ans.

JPEG - 83.1 ko
Exemple d’une inflorescence de type "arachniforme".
Cliquer pour agrandir

JPEG - 61.6 ko
Exemple d’une inflorescence de type "cylindrique".
Cliquer pour agrandir

JPEG - 124.6 ko
Exemple d’une inflorescence de type "brosse à dent".
Cliquer pour agrandir

- Exposition : Plein soleil ou ombre légère, pour obtenir une belle floraison.

- Plantation/Sol/Rempotage : Chez beaucoup de grévilléas, on distingue la formation de bouquets de racines qui se forment sur les racines latérales, ce qui génère un chevelu racinaire dense qui permet d’accroître considérablement la surface de contact avec le sol, juste sous la surface du sol. On constate surtout la formation de ce chevelu en sols pauvres, ce qui permet à la plante d’absorber au maximum le peu d’éléments nutritifs présents dans la couche superficielle du sol.

La plupart des espèces poussent en sol de pH acide ou neutre, pauvre et très bien drainé. Ce sont donc des plantes très bien adaptées à la sécheresse. Par contre, la présence de calcaire dans le sol provoque un jaunissement du feuillage, c’est ce qu’on appelle une chlorose, qui affaiblit considérablement la plante et ne peut se corriger que par un apport régulier de fer. Dans les régions à sol calcaire, il est donc conseiller soit de creuser des fosses remplies d’un terreau type terre de bruyère, soit de cultiver les grévilléas en pot, ce qui permet de mieux contrôler la nature et l’évolution dans le temps du substrat.

En pot, on choisira des espèces à faible développement. Le terreau doit être très bien drainé, mais retenir suffisamment l’eau. Un bon mélange peut se rapprocher de cette composition : 60 % d’écorce de pin, 20 % de sable de rivière grossier, 10 % de sable de rivière fin, et 10 % de terre argileuse qui va retenir l’eau. Le pH doit être inférieur à 7.

En pleine terre, les grévilléas apprécient les bienfaits d’un mulching régulier à base de composants organiques, sur une épaisseur de 8 à 10 cm. Il faut utiliser des matériaux non compacts, aérés, d’origine organique (feuilles, branches réduites en petits morceaux, tontes de gazon par exemple). La lente décomposition de cette matière organique, sous l’action des vers de terre et des micro-organismes, enrichit le sol superficiel en humus nourricier. Cet apport se fait chaque automne.

Ce mulch permet de réduire l’évaporation de l’eau à la surface du sol, de réduire les fluctuations de températures au niveau du sol, de réduire la pousse des herbes indésirables.

Pour mulcher, on peut aussi utiliser des matériaux inertes sur 5 cm d’épaisseur, comme des graviers, des pierres, des scories, de la pouzzolane. Ces matériaux ont l’avantage de rester en place plusieurs années, ils emmagasinent de la chaleur le jour pour la restituer la nuit, ce qui peut réduire l’effet du gel, mais ils peuvent provoquer une surchauffe du sol en été et bien sûr n’apportent aucune matière organique.

JPEG - 145.4 ko
Certains Grevillea forment des haies basses denses et persistantes.
Cliquer pour agrandir

- Arrosage/Engrais : Une fois bien implantés, la plupart des grévilléas résistent bien au sec. En pot, il faudra quand même suivre l’arrosage plus régulièrement, en veillant à ce que l’excès d’eau soit immédiatement évacué par le bas du pot.

Les grévilléas demandent peu d’engrais, et surtout en engrais très pauvre en phosphore dont l’excès semble réduire la résistance au sec de la plante en tuant des racines superficielles. On utilisera donc un engrais de type N-P-K dans les proportions 18-2-10.

- Insectes et maladies :

. Taches foliaires noires : provoquées par un champignon, mais rarement mortel, traiter avec un fongicide.

. Pourriture du collet : provoquée par différents champignons. Il faut éviter de planter trop en profondeur, favoriser la circulation de l’air à la base des plantes, éviter l’accumulation de mulch organique trop compacté au niveau du collet.

. Phytophtora (cinnamomi) : une très sérieuse maladie, là encore provoquée par un champignon, qui affecte de nombreuses plantes australiennes. Le parasite attaque les racines nourricières, souvent pendant les hivers pluvieux. La plante survie jusqu’aux premières chaleurs, puis elle peut subitement souffrir par manque d’eau en raison de la mort d’une partie de ses racines. La plante peut perdre seulement une partie des branches si seulement une partie des racines est affectée. Le contrôle de cette maladie est très difficile, il faut compter sur des mesures préventives : un sol très bien drainé, l’évacuation de l’excès d’eau, brûler les parties mortes.

- Taille : Beaucoup de grévilléas résistent bien à une taille annuelle, du tiers de leur hauteur. Cette taille doit se faire pendant la période de croissance active, c’est-à-dire au printemps et en début d’été. Un arbuste taillé régulièrement sera plus ramifié, et donc plus florifère, ce qui est le but recherché pour bénéficier au maximum de l’aspect très décoratif de ces plantes.

Attention : certains grévilléas, notamment ceux du groupe de ’Robyn Gordon’, peuvent entraîner des réactions allergiques par contact avec la peau chez certaines espèces.

- Utilisations : En isolé, en massif, en pot, en rocaille, en haie pour certaines espèces.

EN SAVOIR PLUS :

- Le site de l’Australian Native Plants Society, une association australienne qui oeuvre pour la meilleure connaissance des plantes endémiques de ce pays. Des articles, des informations, des photos et des guides sur certains genres, dont un sur Grevillea. C’est en anglais, c’est une mine d’informations données par des passionnés de plantes et de jardins, le dépaysement est garanti : http://asgap.org.au/index.html
- Le site d’un parc dédié entre autre au genre Grevillea : Illawara Grevillea Park. Le principal intérêt réside dans les photos : http://www.grevilleapark.org
- Un autre site australien avec de nombreuses photos et de brèves descriptions sur des genres emblématiques de la flore australienne : http://www.oznativeplants.com/index.html

QUELQUES ESPECES ET VARIETES :

JPEG - 127.8 ko
Grevillea ’Coastal Glow’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Coastal Glow’ : feuille découpée verte à revers gris, fleurs rose violacé regroupées en inflorescences en forme de brosse à dent. L’arbuste atteint 2 à 3 m de hauteur. Il supporte le vent et les embruns, mais pas une sécheresse prolongée, résistance de l’ordre de -2°C.
JPEG - 142.8 ko
Grevillea ’Fireworks’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Fireworks’ : issu d’un croisement entre ’Scarlet Sprite’ et alpina, il reste compact à environ 1 m de hauteur. Petite feuille entière vert bleuté. Fleurs rouge vif et jaunes très décoratives.
JPEG - 149.4 ko
Grevillea ’Forest Rambler’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Forest Rambler’ : fine feuille légèrement ovale vert foncé, l’arbuste atteint 2 m de hauteur. Fleurs rose pâle groupées en inflorescences arachniformes.
JPEG - 141.3 ko
Grevillea gracilis ’Alba’
Cliquer pour agrandir

Grevillea gracilis ’Alba’ : petite variété à fin feuillage en forme d’aiguille, de 50 cm de hauteur, ce serait un hybride de rosmarinifolia. Fleurs blanc crème. Supporte le bord de mer. Résistance de l’ordre de -7 à -12°C.
JPEG - 189.6 ko
Grevillea ’Ivanhoe’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Ivanhoe’ : hybride présumé entre longifolia et caleyi. Cette variété vigoureuse atteint 3 m de hauteur, avec des branches disposées à l’horizontale. Longue feuille très découpée. Fleurs rouges groupées en inflorescences en forme de brosse à dent.
JPEG - 152.2 ko
Grevillea ’John Evans’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’John Evans’ : un hybride nain issu du croisement entre rosmarinifolia et bauerii. Forme un arbuste dense de 1,5m de hauteur, utilisable en haie basse. Petites feuilles vert foncé, les nouvelles pousses sont rougeâtres. Fleurs rouges groupées en inflorescences arachniformes. Pousse dans de nombreux types de sols.
JPEG - 15.2 ko
Grevillea juniperina

Grevillea juniperina : lire notre article en suivant ce lien
JPEG - 172.4 ko
Grevillea johnsonii
Cliquer pour agrandir

Grevillea johnsonii : cette espèce à feuille linéaire atteint 2 à 4 m de hauteur en formant un tronc unique. Fleurs roses et blanc/jaune. Pousse en sol sableux acide, résistance de l’ordre de -11°C.
JPEG - 161.9 ko
Grevillea juniperina ’Molonglo’
Cliquer pour agrandir

Grevillea juniperina ’Molonglo’ : un hybride entre une forme érigée et une forme prostrée de juniperina, qui est une espèce très variable dans sa forme. Fine feuille en aiguille, fleurs abricot groupées en inflorescences arachniformes. Cet hybride couvre environ 2 m, il a une bonne résistance au froid, il s’adapte à de nombreux sols et situations, il résiste bien au sec et il est idéal pour une rocaille.
JPEG - 172.9 ko
Grevillea lanigera ’Mount Tamboritha’
Cliquer pour agrandir

Grevillea lanigera ’Mount Tamboritha’ : lanigera est une espèce très variable, du petit arbuste dense à la forme érigée de 1,5 m de hauteur. Cette variété est une forme prostrée de 0,5 à 1 m de largeur, à utiliser comme couvre-sol, en rocaille ou en pot. Petite feuille entière poilue. Fleurs roses et crèmes surtout en hiver et au printemps, mais possibles toute l’année. Pousse naturellement dans des habitats variés. Résistance de l’ordre de -8°C.
JPEG - 150.3 ko
Grevillea lavandulacea ’Penola’
Cliquer pour agrandir

Grevillea lavandulacea ’Penola’ : fine feuille gris argenté, glabre en dessous, qui ressemble à celle d’une lavande. L’arbuste fait 0,3 m de hauteur sur 1 m de largeur. Fleurs roses groupées en inflorescences arachniformes. Résistance de l’ordre de -7°C, pousse en sol sableux et supporte le calcaire.
JPEG - 114 ko
Grevillea leucopteris
Cliquer pour agrandir

Grevillea leucopteris : on l’appelle grévilléa plume blanche en raison de sa hampe florale exceptionnelle qui atteint 5 m de hauteur, l’arbuste en lui-même fait 3 m de hauteur. Fleurs blanc crème parfumées. Résistance de l’ordre de -6°C, pousse en sol sableux et supporte la calcaire.
JPEG - 141.9 ko
Grevillea longifolia
Cliquer pour agrandir

Grevillea longifolia : on l’appelle grévilléa à feuille de fougère, en raison de sa feuille longue et à bord découpé, avec un revers couvert de poils bruns. Il pousse de 2 m en 4 ans, pour atteindre 2,5 à 3 m de hauteur. Fleurs rose violacé groupées en inflorescences en forme de brosse à dent, longue période de floraison. Supporte une taille sévère si la plante devient trop dégingandée. Pousse en sols sableux et supporte une situation ombragée.
JPEG - 178.6 ko
Grevillea longistyla
Cliquer pour agrandir

Grevillea longistyla : espèce à port raide de croissance rapide, fine feuille vert foncé, atteint 3 à 4 m de hauteur. Fleurs orangées à rouges à long style. Tailler sous la partie des branches qui ont fleuri pour densifier le port. Pousse en sol sableux, résiste très bien au sec.
JPEG - 144.4 ko
Grevillea olivacea ’Apricot Glow’
Cliquer pour agrandir

Grevillea olivacea ’Apricot Glow’ : feuille étroite vert glauque à revers argenté qui rappelle celle d’un olivier, fleurs jaune orangé ou rouges selon la variété, groupées en inflorescences arachniformes. Cette espèce est considérée comme rare dans son milieu naturel. Atteint 4 m de hauteur, se taille très bien et peut former une haie basse. Pousse en sols sableux, caillouteux, supporte le calcaire, résiste au vent et aux embruns. Résistance de l’ordre de -6°C.
JPEG - 204.3 ko
Grevillea pilosa
Cliquer pour agrandir

Grevillea pilosa : ce grévilléa est atypique avec ses petites feuilles pleines qui ressemblent à celles d’un houx. Sa croissance est lente, pour atteindre moins de 2 m de hauteur, avec des branches arquées. Fleurs rouges à roses. Pousse en sols sableux acides. Résistance de l’ordre de -6°C.
JPEG - 130.6 ko
Grevillea poorinda ’Rondeau’
Cliquer pour agrandir

Grevillea poorinda ’Rondeau’ : il serait un hybride entre lavandulacea et baueri. Petite feuille entière. Forme un arbuste dense de 1 à 1,5 m de hauteur. Petites fleurs rouges.
JPEG - 27 ko
Grevillea robusta

Grevillea robusta : lire notre article en suivant ce lien
JPEG - 107 ko
Grevillea ’Robyn Gordon’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Robyn Gordon’ : issue d’un croisement entre banksii et bipinnatifida, cette variété est l’une parmi les plus cultivées en raison de son feuillage très décoratif et de sa spectaculaire floraison rouge. Large feuille découpée. Les fleurs nectarifères se forment régulièrement toute l’année. L’arbuste atteint 1,5 à 2 m de hauteur, il tolère des tailles sévères. Il accepte des conditions de sol et de climat variées, mais supporte mal une sécheresse prolongée.
JPEG - 135 ko
Grevillea rosmarinifolia ’Desert Flame’
Cliquer pour agrandir

Grevillea rosmarinifolia ’Desert Flame’ : fine feuille vert franc en aiguille, au toucher doux contrairement à juniperina. Il atteint 2 m de hauteur et peut s’utiliser en haie basse. Fleurs rouge framboise à jaune crême groupées en inflorescences de type arachniforme, floraison massive de février à avril/mai, avec des remontées possibles le reste de l’année. Résistance de l’ordre de -5 à -6°C.
JPEG - 125.3 ko
Grevillea ’Spiderman’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Spiderman’ : pas de renseignement.
JPEG - 168.1 ko
Grevillea stenomera
Cliquer pour agrandir

Grevillea stenomera : ce grévilléa est très intéressant pour son feuillage argenté à bleu gris, pour faire des contrastes avec d’autres plantes. Faire régulièrement une taille légère pour lui garder une forme sphérique compacte. Il atteint 2 m de hauteur. Fleurs rouges à orangées, longue période de floraison. Pousse en sols pauvres sableux, en zones côtières.
JPEG - 139 ko
Grevillea thelemanniana ’Silver’
Cliquer pour agrandir

Grevillea thelemanniana ’Silver’ : cette variété à un port rampant, elle atteint 0,5 à 1 m de hauteur. Fine feuille découpée gris argenté, fleurs rouges. Longue période de floraison. S’adapte facilement à de nombreuses conditions, pousse en sol sableux, qui peut être faiblement calcaire, résistance de l’ordre de -4°C.
JPEG - 191.6 ko
Grevillea ’Winparra Gem’
Cliquer pour agrandir

Grevillea ’Winparra Gem’ : fine feuille découpée vert gris au revers argenté, cette variété hybride entre thelemanniana et olivacea atteint 1,5 à 2,5 m de hauteur, elle peut former une haie basse. Fleur rose orange. Supporte un sol calcaire, et partiellement le vent et les embruns.